Marylène Millet, 49 ans, circule en vélo électrique depuis 6 ans

« J’habite à Saint-Genis-Laval et j’utilise mon vélo électrique pour me rendre sur mes lieux de travail dans le centre-ville de Lyon (1). Pour les trajets de quelques kilomètres, je me suis dit que c’était ridicule de prendre ma voiture. Je culpabilise quand je suis toute seule dans mon auto, d’autant que le vélo électrique est très rapide. Surtout, ce moyen de locomotion permet de mieux gérer son agenda, puisque les temps de trajet ne varient pas en fonction des bouchons. L’autre avantage du vélo à assistance électrique est que l’on ne transpire pas comme sur un vélo « classique », ce qui veut dire que l’on reste présentable après un trajet. Je fais environ une heure de vélo par jour, je trouve ça très agréable. J’ai même un manchon pour me protéger les mains lorsqu’il fait froid. Il n’y a vraiment que le temps de pluie qui est désagréable, dans ce cas j’utilise les transports en commun… Sinon, il m’arrive de prêter mon vélo à des amis, c’est le meilleur moyen de les convaincre d’utiliser un vélo électrique ! »

Professeur à l’université de Lyon, Marylène Millet est aussi conseillère à la Métropole.